Intellectual_Property_by_tazis.jpgNous arrivons au terme de ce tryptique de billets sur la « propriété intellectuelle ». À partir d’un article de Richard Stallman, le premier billet nous avait permis, par une simple analyse textuelle du titre de cet article, de problématiser la question. La « propriété intellectuelle » y était en effet présentée comme un séduisant mirage, un être fantasmagorique et composite à l’apparence pourtant bien réelle.

L’étude bibliographique menée dans le second billet a confirmé que la « propriété intellectuelle » avait effectivement réussi à imposé l’unification de divers droits – droits d’auteurs, brevets, marques, dessins et modèles, etc. – malgré toutes leurs disparités. Somme toute, le seul point commun les rassemblant s’est avéré être justement qu’ils soient tous raccrochés à la banière de la propriété. Toutefois, cette caractérisation en termes de propriété s’est révélée on ne peut plus contingente et, au final, portée par un unique objectif de marchandisation qu’ont poussé des acteurs juridiques et industriels.

C’est donc dans le seul domaine de l’économie que le mirage de la « propriété intellectuelle » existe réellement. Il s’en suit que toute critique de la « propriété intellectuelle » en tant que telle, n’a de sens que située dans le champ économique. Pour le dire autrement : ce n’est qu’en tant qu’objet économique que la « propriété intellectuelle » est susceptible d’être appréhendée. Il nous faut donc, dans ce troisième et dernier billet, pénétrer le monde merveilleux de l’économie, tenter d’en dégager les lois spécifiques grâce auxquelles surgissent des êtres chimériques tels que la « propriété intellectuelle » et comprendre ainsi comment est régie leur mystérieuse existence.

1re partie : Stupeur et dévoilement
2e partie : Archéologie du savoir approprié

Lire la suite...