Revenons où nous nous étions arrêtés dans la discussion de Premières mesures révolutionnaires, le livre d’Éric Hazan et Kamo, c’est-à-dire à la nécessaire abolition du travail. Il n’est bien entendu pas question d’entendre par là une suppression de toute activité humaine « productive » ou non. Quel que soit le mode d’organisation social en vigueur, il sera toujours nécessaire d’accomplir des activités, non seulement pour agir sur la nature et subvenir ainsi aux besoins humains essentiels, mais également parce que c’est dans l’activité que l’humain se réalise. Lorsqu’il est proposé d’abolir le travail, le mot est à prendre dans le sens du travail salarié tel qu’il est effectivement désigné dans la société capitaliste : la dépense auto-référentielle de la simple force de travail sans égard à son contenu.

Mais, il est dès lors impossible de parler d’abolition du travail sans englober son inséparable corollaire : l’argent. Les deux sont indissociables, comme l’illustre avec humour le sketch de Coluche incarnant un chômeur :

Comme souvent, ce trait d’humour – les gens ne réclameraient pas de travail mais uniquement de l’argent – recèle une vérité plus profonde : le but essentiel du travail, dans la société du capitalisme démocratique, est de gagner de l’argent. Force est de constater que le travail est le principal – et pour la majorité des gens, le seul – moyen de parvenir à se procurer l’argent autour duquel tout est organisé dans cette société marchande. Argent et travail sont ainsi le cœur de l’organisation capitaliste. On ne peut que suivre le philosophe André Gorz lorsqu’il dénonce la complicité structurelle [qui] lie le travailleur et le capital : pour l’un et pour l’autre, le but déterminant est de “gagner de l’argent”, le plus d’argent possible (Ecologica, Paris, éditions Galilée, 2008).

Suivons donc Kamo et Hazan dans les mesures proposées quant à l’argent et plus globalement à l’économie.

Lire la suite...