Au milieu de leurs réflexions sur le travail, l’argent et l’économie, Éric Hazan et Kamo abordent dans Premières mesures révolutionnaires le sujet du revenu garanti. Puisqu’ils venaient d’appeler le mouvement insurrectionnel à disjoindre travail et possibilité d’exister, on aurait pu s’attendre à ce qu’ils soutiennent cette proposition, consistant globalement à attribuer à chaque citoyen un revenu tout au long de sa vie, indépendamment du fait qu’il exerce une activité rémunérée. Au contraire, le revenu garanti est jugé être une « fausse bonne idée » dont il convient de se méfier. En effet, selon Kamo et Hazan, sa mise en œuvre irait à l’encontre des objectifs que se fixe une révolution censée renverser le capitalisme démocratique.

J’ai moi-même appelé, pour des raisons tactiques, à soutenir une pétition à l’échelon européen pour une initiative populaire en faveur du revenu garanti – au final cette initiative a été abandonnée faute d’avoir recueilli le nombre suffisant de signatures – je ne me suis cependant jamais exprimé sur le fond de cette proposition, que je suis avec grand intérêt depuis une quinzaine d’années. Ce billet est l’occasion de revoir ce qui est louable ou critiquable dans le revenu garanti.

Lire la suite...