L’esprit d’une nation réside toujours dans le petit nombre qui fait travailler le grand, est nourri par lui, et le gouverne.

Cette citation de Voltaire revient comme un refrain dans les exposés – ô combien instructifs – d’Henri Guillemin diffusés par la radio télévision suisse. Bien évidemment, à propos de la Révolution de 1789 et de l’avènement d’une richesse mobilière – banquiers, affairistes, riches commerçants – succédant à la richesse immobilière – noblesse et clergé. Mais on retrouve également cette citation pour illustrer la prise de pouvoir de Napoléon, ou la politique intérieure poursuivie par Adolphe Thiers en 1870 et pendant l’insurrection de la Commune de Paris. Ou encore lors de l’inexorable progression vers la première guerre mondiale durant les gouvernements successifs de la IIIe République sur fond de déchirements vis-à-vis de la mise en place d’un impôt sur le revenu. À toute époque, cette conception voltairienne de l’ordre social a été ce qui a guidé la conduite des affaires politiques, tant intérieures qu’extérieures.

Il semble qu’il ne faille pas cesser de rappeler cette citation, tant elle illustre toujours aussi parfaitement à l’heure actuelle l’essence même de ce qui ordonne les rapports sociaux.

Lire la suite...