Il existe parfois un souffle qui jaillit
D’un écrin si petit qu’on croit en l’innocence
On caresse sans fin le velours attendri
Et l’on est foudroyé de son aimance immense

Je me suis allongé dans son regard aimant
Et vu l’éternité d’un éphémère enfant